Agriculture Solidaire

L’agriculture solidaire bénéficie d’une attention particulière dans le Plan Maroc Vert à travers la mise en œuvre de projets pilier II.

Les projets Pilier II sont des projets techniquement faisables, économiquement viables et socialement appropriés avec un accompagnement de proximité des agriculteurs au niveau des zones fragiles (montagnes, oasis, plaines et plateaux du semi-aride).

Pour cela, l’approche adoptée repose sur une intervention directe de l’Etat dans un cadre de partenariat avec les bénéficiaires et s’articule sur un mode de gouvernance efficace basé sur un manuel de procédures et un  manuel de priorisation.

Cette approche a permis un rééquilibrage des systèmes de production entre les grandes et les petites exploitations en vue notamment d’augmenter et de stabiliser les revenus des petits producteurs.

A fin 2019,  989  projets ont été lancés (soit 89% de l’objectif 2020) au profit de 730.000 petits agriculteurs (soit 92% de l’objectif 2020). Le budget alloué à ce jour par l’Etat à ces projets a atteint 14,5 Milliards de Dirhams.

Les principales réalisations ont consisté en ce qui suit :

  • La plantation de 394.630 ha (olivier, amandier, cactus, figuier…) ;
  • L’installation de 424 unités de valorisation (Trituration, concassage, séchage…) ;
  • L’aménagement hydro-agricole de 83.292  ha ;
  • L’aménagement pastoral de 38.401 Ha ;
  • La distribution de 28.998 têtes d’animaux et 76.561 ruches ;
  • La création de 865 points d’eau pour l’abreuvement du cheptel ;
  • L’aménagement de 459 km de pistes.

Il est à noter que l’évaluation réalisé en 2018 a montré que les projets pilier II ont contribué à la création de 66,8 millions de JT  dont 31,9 MJT durant la phase de l’investissement et 34,9 MJT durant la phase d’exploitation. Le chiffre d’affaires cumulé durant 2010-2018 issu des productions végétale et animale et des unités de valorisation est de l’ordre de 12,6 Milliards DH et les plantations réalisées dans le cadre du pilier II, malgré leurs jeunes âges, auraient contribué à la séquestration du carbone de  l’ordre de 1,9 millions de tonnes Eq CO2.