L’assurance indicielle, une réponse face au risque climatique en Afrique

 
   

L’Agence pour le Développement Agricole (ADA) en partenariat avec l’AFD et le Fonds Français pour l’environnement mondial (FFEM) ont organisé aujourd’hui au sein du Pavillon du Maroc à la COP 22 à Marrakech un side event sur «l’adaptation au changement climatique de l’agriculture au Maghreb et en Afrique » , témoigne de l’intérêt que porte le Maroc au secteur agricole et à la prise en compte des aspects liés l’adaptation aux changements climatiques dans la stratégie du Plan Maroc Vert.

 Le projet ACCAGRIMAG, qui représente une véritable innovation dans la mise en œuvre de mesures visant à contrer l’effet du changement climatique sur les terrains agricoles, aidera les agriculteurs à récolter le meilleur profit de leurs cultures et à contribuer à la sauvegarde des ressources naturelles dans le cadre d’une vision durable et respectueuse de l’environnement.

 Ce projet, qui est mis en œuvre en Tunisie et au Maroc, intègre des composantes opérationnelles qui visent essentiellement le développent de l'assurance agricole indicielle et la diffusion de technologies de réduction de la vulnérabilité des petits agriculteurs au changement climatique. Cette assurance doit être déployée en tant qu’outil de promotion de techniques culturales d'adaptation au changement climatique et non pas seulement comme outil de mutualisation des risques.

 D'ailleurs, l'assurance agricole est l’un des piliers de l'initiative triple A qui vise l'adaptation de l'agriculture au changement climatique en Afrique 

 Ce projet servira de catalyseurs pour la dissémination des mesures de résilience dans les zones vulnérables au Maroc et en Tunisie avec la perspective d’étendre leur application, tout en l’adaptant, à d’autres pays africains, pour tirer ainsi le meilleur profit de ses résultats.

 Ce side event a connu la participation de plusieurs représentants des ministères, des organismes internationaux, des assureures et réassureurs, et des banques nationales.